Projet ‘Drawdown’ chez Confidas

Projet ‘Drawdown’ chez Confidas

“On pense souvent que prendre soin de l’environnement coûte cher. Ce n’est pas forcément le cas.” Luc Aelterman est le patron de Confidas, une PME gantoise spécialisée dans la production de pâtes de fruits. Il nous explique comment, en tant que petite PME, il est possible de contribuer positivement à la préservation de l’environnement.

“Je suis par nature fortement concerné par la question du climat et je trouve que nous devons prendre nos responsabilités. Je lis les solutions qui sont décrites dans la littérature. Le livre Drawdown, de Paul Hawken, m’a beaucoup inspiré dans ce domaine.” Après le rachat de Confidas en 2017, Luc examine quels sont les éléments liés à l’entreprise qui ont le plus grand impact sur l’environnement et sur lesquels il est facile d’agir. Pour Confidas, il s’agit de la consommation d’énergie, des flux de déchets et des matériaux d’emballage.

klimaatverandering

“Drawdown” – le moment où les gaz à effet de serre cesseront d’augmenter dans l’atmosphère et commenceront à diminuer de manière constante.

Une économie d’énergie de 40%

“Le premier élément auquel nous nous sommes attaqués est notre consommation d’énergie. Nous avons voulu réduire notre consommation et avons étudié des alternatives pour produire de l’énergie verte. Pour cela, nous avons investi dans des panneaux solaires. Il s’agit d’un investissement intéressant pour notre entreprise. En effet, nous travaillons uniquement pendant la journée et notre pic de production a lieu pendant les mois d’été, lorsque le soleil brille le plus. La durée de remboursement nous convient également. Les panneaux solaires se seront autofinancés en trois ans et demi. D’une part, nous réalisons des économies sur notre facture d’électricité et d’autre part, nous recevons des euros pour nos certificats verts. Nous avons également pris de nombreuses autres mesures. L’éclairage, par exemple, pesait très lourdement sur la facture énergétique. C’est pourquoi nous avons remplacé toutes les ampoules TL par des ampoules LED. Cela nous a permis de faire une économie d’énergie de 40 %!

Ensuite, nous avons analysé le poste du mazout. Ce dernier était autrefois utilisé pour chauffer nos locaux et produire de l’eau chaude. Nous avons déterminé la température de travail idéale dans nos différentes zones : entrepôt, production et bureaux. Avant, la température dans notre entrepôt était de 20 degrés. Cet espace sert uniquement à l’entreposage de nos matériaux d’emballage. Il n’est donc pas nécessaire qu’il soit aussi agréablement chauffé. C’est pourquoi nous y avons ramené la température à 15 degrés. D’autre part, nous ne pouvions pas éteindre la chaudière pendant les mois d’été, car c’est elle qui produisait l’eau chaude. Nous avons donc installé une chaudière avec pompe à chaleur cette année. Aujourd’hui, nous continuons à suivre de près notre consommation, afin de pouvoir procéder à des ajustements en temps utile. Malheureusement, notre chaudière n’a que 4 ans. Si elle avait été plus ancienne, je l’aurais remplacée par une chaudière au gaz. Nous assurons un entretien annuel de la chaudière afin que les brûleurs continuent à fonctionner de manière optimale. Une mauvaise combustion entraîne en effet une augmentation des émissions de CO2.

“Il ne faut pas toujours compter sur les grandes entreprises pour lutter contre le changement climatique. Les PME peuvent aussi faire leur part”

6 flux de déchets

Pour nous, la réduction des déchets est le deuxième aspect ayant un impact majeur sur l’environnement. Aujourd’hui, nous distinguons 6 flux de déchets : papier et carton, PMC, film plastique, plastique dur, déchets de produits et déchets résiduels. Les déchets de nos produits sont dirigés vers une usine de fermentation où ils sont ensuite transformés en biocarburant. Il faut consacrer beaucoup de temps à informer les collaborateurs de l’importance de ces mesures. Après deux ans, ils sont mieux disciplinés pour trier correctement les déchets. Depuis cette année, nous utilisons également la CCT90 pour, entre autres, impliquer nos collaborateurs dans certains choix politiques. Nous avons ainsi fixé un certain nombre d’objectifs, dont la réduction des déchets, grâce auxquels nos collaborateurs peuvent avoir droit à une prime à la fin de l’année. Cette prime est moins taxée.

Emballages de matériaux recyclés

Enfin, nous attachons une grande importance à la recyclabilité de nos emballages ainsi qu’à la proportion de matériaux recyclables dans les emballages. Nos boîtes et couvercles transparents à destination des consommateurs sont entièrement fabriqués en PET. Ce matériau est recyclable. De plus, nous utilisons depuis peu un PET composé à 40 % de matériaux recyclés. Les blisters en plastique que nous utilisons pour séparer les pâtes de fruits dans les boîtes en carton du vrac sont également constitués d’un pourcentage élevé de matériaux recyclés.”

“En réalité, nos initiatives pour ralentir le réchauffement climatique ne sont ni révolutionnaires ni innovantes”, relativise Luc. “Nous poursuivons simplement au sein de l’entreprise le comportement que nous adoptons déjà à la maison. À la maison, le chauffage ne tourne pas sans raison, vous ne laissez pas les lumières allumées inutilement, vous triez vos déchets et vous ne voulez pas que de la nourriture finisse à la poubelle. Il ne faut pas toujours compter sur les grandes entreprises pour lutter contre le changement climatique. Les PME peuvent aussi faire leur part.”